Quand l'ATSEM ne sait pas marcher ...

Publié le par ATSEM

La fatigue ... le manque d'attention...

 

Je ne sais pas.

 

Vraiment !!!

 

Je n'ai pas compris ce qui s'est passé ce vendredi 18 novembre vers 12h45.

 

Les enfants sortent de table un par un, ma collègue les envoie. Je sors avec le premier et je surveille tout le monde dehors.

 

Il y a 5 marches à descendre ! C'est pas compliqué !

 

Sauf que je ne savais pas que j'étais tout au bord de la première marche lorsque j'ai avancé normalement.

Il n'y a pas de rembardes pour se tenir ... ou se rattraper     !

J'ai avancé et ...... sans que je comprenne quoique ce soit, je me suis retrouvée sur le côté, sur la 2ème marche.

 

Oui, oui, vous avez bien compris, l'ATSEM est lamentablement tombé dans les 5 marches.

Bien entendu, devant les enfants, sinon, c'est moins drôle ! Mouah ah ah !

 

Ouais ... drôle, si on veut hein ...!

 

Je me relève, les enfants me regardent d'un air .... -----> c'est un peu ça ! Genre : "Mais qu'est-ce qu'elle fait ???"

 

Je me frotte le côté d'une fesse, ça fait un peu mal quand même (il sert à rien le rembourage naturel de mes fesses...), puis la tête car il me semble bien que je me suis cognée  dans les grosses pierres qui bordent les marches ...

 

Ma main, celle qui a frotté, est pleine de sang. Ah oui, quand même ...

 

Je fonce aux toilettes avant que les enfants ne s'aperçoivent que le sang commence à me couler sur le visage.

J'appelle ma collègue, qui regarde en vain si elle voit quelque chose dans mes cheveux très nombreux et épais.

Elle ne voit rien. Je m'asseois. Ma collègue veut appeler les pompiers, je lui dit que non, ça va aller, ça saigne presque plus.

 

Je commence à avoir chaud ... des sueurs ... les yeux qui piquent. C'est pas grave, ça va passer, surtout ne pas faire peur aux enfants.

 

Mon nez se met à saigner, d'un coup, ça coule comme un robinet. Dans ma tête, je pense, choc à la tête + saignement du nez = risque de traumatisme crânien. Là, je rigole moins.

Je dis à ma collègue d'appeler les pompiers.

Elle compose le numéro.

 

La suite, je suis par terre, allongée : j'ai fait un malaise. Ma collègue m'appelle, elle est au téléphone avec les pompiers qui lui disent de ne pas paniquer.

Les enfants sont seuls dehors et se demandent ce qui se passent.

 

Les pompiers arrivent, j'ai déjà repris des couleurs et me sens mieux.

J'entends des enfants pleurer, hurler ... je m'inquiète pour eux.

 

Les pompiers m'ont emmené aux urgences. Quelques points de suture et ...dehors ! Aucun examen complémentaire, je ne suis pas restée inconsciente très longtemps.

 

Retour à l'école à 15h15, les enfants me sautent dans les bras. Je les rassure.

Il y a eu beaucoup de larmes pendant mon abscence.

 

Je leur ai promis de ne pas recommencer ...! J'espère ...

 

Pour la petite histoire, je n'ai pas eu de suite de ce choc assez violent à la tête, je vais très bien.

Et c'est bien là le principal.

Commenter cet article